P H O T O G R A P H I E S   D E  L O U I S  R A F E N O M A N J A T O

margeride

Paysage de la Margeride



 


À l’origine, le nom de « Margeride » s’appliquait uniquement à une seigneurie
dont le château fut ruiné au XVe siècle et une forêt culminant à 1380 mètres
d’altitude. L’endroit est situé près de Védrines-Saint-Loup, sur la route allant
de Langeac à Saint-Flour. Une importante propriété de 800 ha abritant une
fabrique de verre au XVIIIe siècle reprit ce nom. Celui-ci deviendra peu à peu
le nom générique pour l’ensemble des montagnes environnantes. Ce sera
l'Office national des forêts qui officialisera le nom au XIXe siècle et l’attribuera
à la partie lozérienne du massif. Les géographes étendront le nom à l’ensemble
du plateau granitique au XXe siècle.
Au XVIe siècle on adopta en Margeride le système agro-pastoral assez
comparable à celui utilisé en Planèze. Il était basé sur l’utilisation de vastes
terrains de parcours pour le bétail en association avec la culture de céréales
autour du village (seigle). L’élevage ovin avait une grande importance car il
assurait l’engraissement des terres. Les moutons étaient confiés à un berger
commun qui reconduisait le troupeau tous les soirs au village.

Ce système agro-pastoral nécessitait une organisation de type communautaire
et n’assurait que de faibles revenus aux habitants, il ne permettait pas
l’accumulation de richesses. Les écarts de revenus entre familles étaient
relativement faibles, les plus pauvres arrivaient à subsister.

(Source Wikipédia)