P H O T O G R A P H I E S   D E  L O U I S  R A F E N O M A N J A T O

 

photo du Gévaudan

Sur les monts de la Margeride, pays du Gévaudan

 

 


Le Gévaudan (en occitan Gavaudan ou Gevaudan) désigne une province
française qui a existé jusqu’à la Révolution. À cette date, le Gévaudan est
devenu le département de la Lozère, lequel suit sensiblement les mêmes
frontières.
La région du Gévaudan se développe durant le Néolithique autour de l'actuelle
Javols. Elle présente une forte concentration de monuments mégalithiques tels
les menhirs et les dolmens. La Cham des Bondons présente la deuxième
concentration de ces monuments en Europe.
Sous l’Ancien Régime, le Gévaudan équivaut au diocèse de Mende et se
trouve dans la province du Languedoc. Cela jusqu’en 1790, où la France fut
partagée en départements. Le Gévaudan se retrouva alors dans le département
de la Lozère, à l’exception du canton de Saugues qui fut rattaché à la
Haute-Loire, mais avec l’ajout des villes de Meyrueis et de Villefort.

Le parler gévaudanais (pour les siècles les plus récents) est très proche de
l’occitan. Le patois local est en effet un mélange de la langue d'oc traditionnelle
à laquelle s’est ajoutée des influences auvergnates.

Le Gévaudan a connu de nombreux auteurs en occitan. On retrouve ainsi trois
trobairitz (poètes) qui sont resté dans l'histoire de la littérature : Almucs de
Castelnou, Iseut de Capio et Azalaïs d'Altier.

La Margeride a été le théâtre des méfaits de la fameuse bête du Gévaudan à
la fin du XVIIIe siècle.

(Source Wikipédia)